Présentation
Alimentation
Protéines
Minéraux
Vitamines1
Vitamines2
Environnement
Logement
Antibiotiques
Sulfamides
Limites
 

Logement
 
Le logement désigne la cage ou la volière. Contrairement à une idée reçue et colportée par l'ignorance, une cage offre à l'oiseau un territoire représentant sa propriété personnelle où il doit se sentir en sécurité, sur laquelle il règne en maître, et qu'il défend jalousement.
Cette notion est fondamentale si l'on veut comprendre le comportement et la physiologie de l'oiseau. Même un oiseau parfaitement apprivoisé et habitué à vivre en liberté, rentre avec plaisir évident dans sa cage, qui est sa maison.
L'incompréhension de ce phénomène a permis la mise sur le marché d'un grand nombre de modèles de cages inadéquates, et qui offrent plus l'image de prisons, ou de geôles, que de maison pour l'oiseau.
Une cage doit être spacieuse et privilégier selon l'espèce, la longueur pour le vol, la hauteur pour les grimpeurs, ou la surface au sol pour les oiseaux qui piétinent. Il est souvent préférable qu'elle soit fermée sur un ou plusieurs côtés.
Une cage doit être faite de matériaux solides, non toxiques (notamment les peintures de revêtement), et n'offrir aucun élément qui permettrait des traumatismes, ou des blessures. Elle doit être d'un nettoyage facile et complet, grâce à des éléments pouvant être retirés de l'extérieur.
Le choix d'une cage doit être soigneux et se faire en fonction des espèces qu'on désire y élever. Le conseil d'éleveurs chevronnés appartenant à des clubs d'élevage est toujours recommandable. Cela est encore plus vrai pour les volières, qui sont des constructions importantes et onéreuses.
 
Les perchoirs :
Ne pas en multiplier le nombre et les espacer pour privilégier le vol. Leur diamètre sera suffisamment grand pour que la patte de l'oiseau posé ne puisse en faire le tour. Le bois naturel doit être non traité et provenir d'arbres non toxiques (exemple : citronnier, eucalyptus, pin d'Australie, etc.) que les oiseaux pourraient mâcher. Les grimpeurs affectionnent les grosses branches sinueuses disposées verticalement. Ne placer ni mangeoires, ni abreuvoirs, sous les perchoirs pour éviter les souillures.
 
Les mangeoires et les abreuvoirs :
Choisir des plats larges et faiblement évasés plutôt que des coupes profondes, les oiseaux s'y rendront plus volontiers. Eviter les couleurs vives. Préférer le pyrex au plastique.
 
Les fonds de cage :
L'idéal est le papier recyclé. Il est absorbant, et permet de voir immédiatement l'état des fientes.
 
L'hygiène :
Un nettoyage rapide quotidien, et un nettoyage complet hebdomadaire assurent une hygiène correcte.
 
Le confort :
A l'intérieur de la cage, un refuge pour l'oiseau tel que nichoir bûche, ou recoin protégé par un morceau de carton etc., offre à l'oiseau un endroit de repos à l'abri des regards, où il peut se retirer au calme.
 
L'activité :
Un oiseau de compagnie peut être lâché en liberté dans une pièce chaque jour pendant un bon moment, pour voler et se détendre. Il retournera souvent de lui-même dans sa cage. Celle-ci doit avoir un emplacement définitif dans la maison, un salon est indiqué.
Pas de cuisine, ni une chambre à coucher. A l'intérieur d'une cage, on peut disposer des "sources d'intérêt" correspondant aux goûts de l'oiseau, pommes de pin, écorces, mousses, végétaux frais récoltés en promenade, tels que mouron blanc, séneçon, bourse à pasteur, pissenlit, divers petits fruits, baies ou amandes diverses, petits insectes souvent la curiosité ou même le jeu l'empotent sur le simple appétit.
Eviter les "gadgets" artificiels en plastique de couleurs violentes qui effraient l'oiseau.
Les perroquets souvent très intelligents, nécessitent attention et psychologie pour engager une relation sociale, surprenante et complexe avec l'être humain.