Présentation
Alimentation
Protéines
Minéraux
Vitamines1
Vitamines2
Environnement
Logement
Antibiotiques
Sulfamides
Limites
 

Environnement
 
 
La température :
Un oiseau en bonne santé tolère des températures ambiantes qui sont agréables pour les humains.
Il faut cependant offrir à l'oiseau une fourchette de température voisine de celle de son pays d'origine. Eviter les écarts de température brusques et importants. Trop au froid, l'oiseau se met en boule. Trop au chaud, il respire vite et tient ses ailes détachées du corps.
 
L'humidité :
Les oiseaux ont une bonne faculté d'adaptation à l'hygrométrie ambiante. L'idéal est d'ajuster le taux d'humidité de l'air aux exigences de l'espèce, plus sec pour les oiseaux nordiques, montagnards ou désertiques, plus humide pour les oiseaux de forêts tropicales.
Beaucoup d'oiseaux aiment se baigner (signe de bonne santé). Certains prennent plaisir à être vaporisés par un spray d'eau fraîche.
 
Le soleil :
Les rayons solaires apportent mille bienfaits. La plupart des oiseaux aiment le soleil et même les bains de soleil. Ils doivent toujours disposer d'une zone fraîche et ombragée où se réfugier s'ils le désirent. Toujours éviter l'excès, trop chaud ou trop longtemps.
L'utilisation d'un éclairage artificiel (tubes ou lampes à spectre "lumière du jour"), est recommandé l'hiver à l'intérieur, car il apporte les rayons ultraviolets indispensable au moins une ou deux heures par jour.
 
La durée d'éclairement :
La durée d'éclairement quotidien, ou photopériode, est un facteur capital pour la vie de l'oiseau.
Dans nos contrées, la durée du jour est plus courte l'hiver, s'allonge au printemps et diminue en fin d'été.
C'est ce facteur qui détermine le cycle de vie de l'oiseau, reproduction au printemps, mue en été, pause en arrière saison. Les oiseaux d'origine exotique s'adaptent à ce rythme européen. Il est impératif de respecter la durée d'éclairement naturelle, il suffit de suivre la durée du jour au dehors et d'éclairer ses oiseaux de cette même durée. En lumière artificielle, certains éleveurs utilisent des programmateurs qui règlent la photopériode automatiquement.
Un éclairement de durée constante (soirée prolongées en hiver) peut provoquer des désordres graves, mues localisées et persistantes, ponte toute l'année avec fatigue des oiseaux, masculinisation des femelles. Il faut donc assurer aux oiseaux des heures de lumière et d'obscurité correspondant sensiblement aux durées du jour et de la nuit à chaque moment de l'année. Une lumière très faible peut tout perturber et un tissu clair recouvrant la cage ne suffit pas, si vous pouvez lire un titre moyen de journal, il y a assez de lumière pour influencer vos oiseaux.
 
L'air :
L'air est le premier "aliment" des oiseaux. Une pièce bien aérée, une bonne oxygénation, une ventilation sans courants d'air sont indispensables à la santé de l'oiseau, l'air doit "être respirable par excellence".
L'oiseau respire et, par rapport à sa taille, beaucoup plus qu'un être vivant plus gros, chien ou homme.
Il est donc des centaines de fois plus sensible à toute substance nocive présente dans l'air, les émanations de gaz de houille, vapeurs de produits chimiques (détachants, insecticides) peuvent être mortelles à des doses qui, chez nous, ne causent pas le moindre trouble. Il a été observé de très nombreux cas d'intoxications mortelles rapides (mort en quelques minutes) par les émanations provenant des rôtissoires électriques.
Il faut donc assurer aux oiseaux un air pur, renouvelé, exemple de vapeurs diverses; la cuisine n'est donc pas un lieu idéal.
 
Il faut noter que l'oiseau bien nourri ne craint pas le froid s'il est à l'abri des courants d'air. Non seulement des canaris mais aussi des perruches sont élevées à l'extérieur, en France, même dans le nord de l'Europe. Il faut seulement éviter les changements brusques.